Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2010

"Prends l'oseille et tire-toi " par Thérèse Capet de la pellicule

 

Depuis 68, le brave Woody fait un rêve: faire du quartier latin un nouveau Manhattan! Il y a un hic, Paris n'est pas à la portée de toutes les bourses, même de celles d'un réalisateur génial... Mais ce n'est pas bien connaître notre Woody qui fixe toujours ses idées sur pellicule et à n'importe quel prix; aussi a-t-il eu l'idée - pas très géniale ce coup-ci - de contacter l'amateur de Rolex pour un sponsoring de bon aloi... Les génies sont souvent de grands naïfs et Woody n'a pas perçu qu'en Sarkoland c'est du donnant /donnant+, et le deal fut: "j' t'autorise à tourner sur mon fief avec mes manants à condition que ma Carlita soit la vedette de ton film"...Aïe, aïe, aïe! Si l'actrice se montre à la hauteur de la chuchoteuse, Woody en Sarkoland en perdra Allen! Déjà et dès le tournage de sa première scène, notre amerloque préféré a gaspillé beaucoup de pellicule puisqu'il a dû faire 32 prises avant que Carlita ne comprenne les desiderata de son metteur en scène visiblement trop intellectuel pour l'égérie du naboléon.. Alors, Woody, un conseil, rends une petite visite de courtoisie à Liliane, prends l'oseille et tire-toi avant de perdre ton art!

13:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique, cinéma | |  Facebook