Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

La sarkophagie, maladie orpheline par Thérèse Capet des soldes

 

Ah, que ferais-je sans toi! Les sarkophages trompent l'ennui à défaut du peuple selon divers modes. Les ambitieux et revanchards, les plus nombreux évidemment, tels Nana Momo ou Copé Collé, font la course au marocain, finalement soulagés par la désertion de leur "nabot champion tout terrain" alias Nico 1er et dernier de la lignée... D'autres, les romantiques, les nostalgiques, les inconsolables, n'osant plus espérer en sa résurrection, s'adonnent à la prière, et en attendant sa canonisation, proposent leur chômeur préféré au Prix Nobel de la Paix: pourquoi pas ? Mais les peaux rouges picards, plus pragmatiques, estiment que le prix Nobel de littérature serait plus justifié: grâce à sa pub d'enfer, Naboléon n'a-t-il pas fait mieux que tous les agrégés de lettres avec ou sans déliés, la promotion de notre "Princesse de Clèves" nationale ? Ne l'a-t-il pas sortie des archives poussiéreuses de nos bibliothèques pour en faire le phare en négatif de sa politique du bling-bling en gros sabots? Gigi le diamantaire n'est-il pas élu à l'Académie Française? Alors... pourquoi pas cette récompense avant qu'il n'obtienne le prix Goncourt pour "Les mémoires d'un âne"?

13:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook