Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2010

Ou trop, ou transe ? par Thérèse Capet de la métaphore

 

Amis "baveux toutes longueurs d'onde" vous avez encore beaucoup à apprendre pour vous servir correctement de votre langue, mais ne vous formalisez point de l'invective lancée par le petit monarque! Je n'ai jamais cru à un effet métaphorique de la sarkolangue, par contre, dans un premier temps, étant donné le rétrécissement accéléré de la sarkophagie, Sarko 1er aurait pu lancer un appel aux seuls amis possibles eux aussi en quête de réconfort... Aussi ai-je interrogé les plus éminents sarkocunnilingologues qui m'ont quelque peu mis sur la voie: en sarkolangue, il n'y a ni métaphore, ni parabole -les sarkophages n'en comprennent pas le sens c'est-à-dire l'intérêt (coté en bourse)-, et même les dérapages ou autres gaffes ne sont qu'apparents, car c'est un langage codé, et lorsque, mes chers baveux toutes longueurs d'onde, vous vous êtes sentis insultés, le petit monarque profitait de l'occasion pour utiliser son outil de "com " préféré, et "à demain chers amis pédophiles" peut être décrypté ainsi : " j'suis copain avec Benoît, alors les cathos votez pour moi en 2012!"

09:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.