Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2010

"Prends l'oseille et tire-toi " par Thérèse Capet de la pellicule

 

Depuis 68, le brave Woody fait un rêve: faire du quartier latin un nouveau Manhattan! Il y a un hic, Paris n'est pas à la portée de toutes les bourses, même de celles d'un réalisateur génial... Mais ce n'est pas bien connaître notre Woody qui fixe toujours ses idées sur pellicule et à n'importe quel prix; aussi a-t-il eu l'idée - pas très géniale ce coup-ci - de contacter l'amateur de Rolex pour un sponsoring de bon aloi... Les génies sont souvent de grands naïfs et Woody n'a pas perçu qu'en Sarkoland c'est du donnant /donnant+, et le deal fut: "j' t'autorise à tourner sur mon fief avec mes manants à condition que ma Carlita soit la vedette de ton film"...Aïe, aïe, aïe! Si l'actrice se montre à la hauteur de la chuchoteuse, Woody en Sarkoland en perdra Allen! Déjà et dès le tournage de sa première scène, notre amerloque préféré a gaspillé beaucoup de pellicule puisqu'il a dû faire 32 prises avant que Carlita ne comprenne les desiderata de son metteur en scène visiblement trop intellectuel pour l'égérie du naboléon.. Alors, Woody, un conseil, rends une petite visite de courtoisie à Liliane, prends l'oseille et tire-toi avant de perdre ton art!

13:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique, cinéma | |  Facebook

11/07/2010

Le feuilleton de l'été par Thérèse Capet de l'enveloppe empoisonnée

 

Sarko 1er est bon prince, il fait tout pour égayer les derniers congés payés de ses sujets; c'est pourquoi il alimente lui-même les rebondissements de ses basses oeuvres référencées BWS dont le n°1 s'intitule: "La bonne dame de Neuilly et ses petits suisses".

Les héros de cette saga: la mare aux diables dont les doigts sont tellement crochus qu'ils ne lâchent aucune enveloppe, la petite fadette qui n'est pas celle qu'on croit, François le champion, maître surnageur faisant son grain du pire purin...

L'héroïne, elle, et comme disait Pascal "qui veut faire l'ange fait la bête" ... ou plutôt la bette (légume fade mais riche en fibres) ... en cours! Le grand argentier aurait dû se méfier, quand un riche fait un don c'est qu'il y gagne... Or, revoyons un peu les comptes: pour la campagne de Naboléon la bonne dame de Neuilly a contribué pour le moins à hauteur de 350 000 euros; pour la peine, le dit Naboléon lui avait promis un bon bouclier fiscal, et pour le coup il a su tenir sa promesse le bougre! Le fisc a remboursé 30 millions d'euros à cette brave Liliane, parce qu'elle le vaut bien, d'où un petit bénéfice de 29 millions 650 000 euros! Je propose un épisode supplémentaire à ce feuilleton estival: "C'est Liliane qui a creusé le trou de la sécu, offrons-lui une pelle à tartes ! "

Si Naboléon a trouvé une île des Seychelles pour refuge, il ne pourra plus grimper bien haut et il ne tient qu'aux sarkolandais de l'y expédier avant 2012...

13:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook

01/07/2010

POUR UNE RADIO PUBLIQUE INDEPENDANTE MOBILISONS-NOUS!

 

 

Nous, auditeurs-trices et salarié-e-s de Radio France (France INTER, France INFO, France BLEU et

ses 42 locales, France CULTURE, France MUSIQUE, LE MOUV’, FIP) refusons la main mise du

pouvoir en place sur les antennes de la radio publique. Les suppressions injustifiées d’émissions, les

licenciements sans ménagement de producteurs-trices et de chroniqueurs-euses dont ceux de Didier

Porte et Stéphane Guillon sont les plus symboliques, mettent en évidence la mission confiée par

Nicolas Sarkozy à la direction de Radio France : transformer les antennes de la Radio Publique en

machine de guerre électorale à son profit.

Les antennes de la radio de service public sont celles de tous les citoyen-nes et non pas la propriété

d’un clan.

Nous exigeons :

·

l’information sur les radios de service public.

Le respect et la garantie de la liberté d’expression, de l’indépendance des programmes et de

·

Le respect du travail des rédactions de Radio France.

·

Le droit à l’impertinence, à la différence.

·

des antennes de Radio France .

Des propositions professionnelles réelles et sérieuses pour les producteurs-trices écarté-e-s

Et demandons le retour sur l’antenne des chroniques de

Didier Porte et Stéphane Guillon dans la matinale de France Inter et dans

l’émission le fou du roi.

Nous, auditeurs-trices et salarié-es sommes attaché-e-s aux valeurs qui ont bâti la radio de service

public.

ARRETEZ DE CASSER NOS ANTENNES !

Retrouvons nous tous ensemble, auditeurs-trices et salarié-e-s,

JEUDI 1

er juillet 2010 à 18h :

devant les locaux des France Bleu en région et du Mouv’ à Toulouse.

devant la Maison de la Radio à Paris.

(116 Av du Président Kennedy, 75016)

SIGNEZ LA PETITION DE SOUTIEN SUR :

www.pouruneradiopubliqueindependante.net

Avec le soutien de l‘intersyndicale de Radio France