Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2010

La vache qui rit et la vache qui pleure

 

Chers amis picards abonnés des transports en commun, souvenez-vous du bon vieux temps du règne de Gillou 1er où nos joyeuses laitières riaient encore en regardant les trains en panne dans notre charmante campagne... Hélas, hélas, en Sarkoland, notre campagne déprime et les trains en panne ne font plus rire nos vaches... Car la sarkophagie a rompu avec le cul des vaches, pire, le scribe de Sarko 1er est tellement occupé par les désirs bling-bling du chef qu'il n'a plus de temps à perdre avec les discours destinés aux travailleurs de la bouse; aussi le coppé-collé lui a-t-il permis d'écrire un seul discours pour la totalité du règne de Sarko 1er... pratique, non ? Et comme dirait le sarkophage spécialiste de l'élevage, parce que vous, les bouseux, le valez bien!

Cette recette me donne l'idée de la rentabiliser un maximum avec la théorie aristotélicienne inversée signée E.W, sarkophage spécialisé en coupe-coupe des cordons de la bourse, qui affirme que si on supprime les fonctionnaires, la fonction publique marchera toute seule! Qu'à cela ne tienne: supprimons les sarkophages ministériels et la sarkoland marchera bien mieux, passons du coppé-collé au clonage du chef, on économisera du temps et de l'argent en se passant de ces élections... des élections? quoi de plus ringard! Allons, allons, un sarko cloné sur tout le territoire car on le vaut bien!

Nota bene pour ceux qui ne connaissent  pas bien la philosophie d'Aristote (nul n'étant infaillible, même chez les peaux rouges picards) : Aristote a dit très justement "si les navettes marchaient toutes seules, nous n'aurions plus besoin d'esclaves"

08:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook

01/01/2010

De la Nivernaise à la Béarnaise par Thérèse Capet des soc(e)s

 

La grande "saucière" lilloise vient de nous souhaiter plus de douceur pour 2010: y a-t-il parmi les membres éminents de mon comité de salut public un économiste qui peut m'expliquer à quoi correspond "la douceur" dans la langue socialo-économico-politique ? La recette nivernaise étant obsolète, la "soc(e)" poitevine ayant eu des ratés - la ségonégalaise n'a pas su faire prendre la mayonnaise malgré sa bravitude -, la "soc(e)" régionale à la crème "Frêche" étant empoisonnée, la grande "so(r)cière" n'est-elle pas en train de vouloir nous rouler dans la Bé...bé... béarnaise? De toute façon une méchante Béchamel suffira à toutes ces langues de bois qui veulent nous endormir le temps d'une campagne! Alors, peaux rouges picards, en 2010, résistez, même à la douceur!

16:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook