Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2009

Qui Hees qui c’est’i vraiment, celui-là ? (Sic la Sarkophonie dans le texte intégral plus inspiré par le style hallydayien que par celui de Mme de Lafayette)

Jean-Luc est-il le seul intello victime de la « récup. élyséenne », ou ne serait-il qu’un simulacre d’intello (cf. le mythe de la caverne d’après Platon) ?

Jean-Luc a un magnifique profil d’intello au front dégagé, Jean-Luc, après ses stages sur ARTE et France Inter, a une très sérieuse réputation d’intello, et Jean-Luc sait nous susurrer avec son timbre façon « Radioscopie » ses analyses vachement chiadées sur tous les sujets psycho-socio-économico-philosophico-apolitiques qui occupent les intello branchés… Et Jean-Luc, pourtant un habitué de la Voix de son maître, affirme haut et fort son indépendance, la preuve : il garde Stéphane Guillon dont l’humour n’est pas goûté par la Sarkophagie ! Alors, alors, qu’Hees ? Jean-Luc est comme le beau radis bien rond et bien rouge que l’on s’empresse de croquer pour s’apercevoir qu’il est creux !

Stéphane, Didier, Vincent et autres fous du roi, restez vigilants… vous pourriez  devenir les interprètes du copain Bigardet être contraints de dire «  ceci n’est pas un bigard » tel Magritte  tenant à ne pas casser la sienne  notait « Ceci n’est pas une pipe » !

Thérèse Capet de l’ « ouverture »

13:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, politique | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.