Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2008

Petits mots nouveaux par Thérèse Capet de la Promo

En ces temps de fièvre acheteuse chronique où le mercantilisme gagne toujours plus du terrain sur le pouvoir d’achat, paradoxe insensé digne de la sarkophagite aiguë, où la suppression de la trêve dominicale a même reçu la bénédiction du chanoine de St Jean de Latran, - les marchands du temple ont toujours eu le dessus sur J.-C. et tous les anarcho idéalistes hippies qui ont suivi! -,  Thérèse Capet de la Promo, néo lexico socio politico logue couronnée par les « psy » de tout poil, les pédagogues avec ou sans poils, et par tous les partisans de l’affadisation des cervelles, s’est penchée sur la question. D’où l’apport de deux néologismes :

 

Caddypède : n., m., de caddy, mot américain désignant un petit chariot métallique circulant sur les hypermarchés, et du latin pès, pédis, pied ; mammifère omnivore dégénéré d’allure anthropoïde bipède, proliférant dangereusement à partir des années 50 ; sans doute l’illusionnisme hyper toxique polluant les airs et les ondes, est-il à l’origine d’une mutation de l’homme en caddypède. Le caddypède semble tout surexcité quand il brandit son ventre métallique telle une femme enceinte, ses membres battant les airs et paraissant se multiplier, atteignant des records de vélocité pour attraper le plus possible de gadgets en promo surtout s’ils se présentent en lots de 50 de fin de série (voir ci-dessous, « promophage »).

 

La déclaration des droits du caddypède se trouve dans une revue spécialisée, « Cent millions de cons-sans-moteur », mais la revendication du droit au caddy auto glisseur n’est hélas toujours pas satisfaite…

 

Promophage : nouvelle espèce animale proche de l'homme, mais s’en éloignant peu à peu. Plus vorace que les enzymes gloutons avalant les souillures de votre beau linge, le promophage gobe tous les spots publicitaires et autres pollutions en couleurs, tel le sarkophage tombant en pâmoison devant des Carla et autres promesses en 3 dimensions… Plus boulimique encore que ses géniteurs, le chiard promophage avale tout un sketch du style « mère Denis », et prouesse pour celui qui n’est plus fichu de retenir deux vers de La Fontaine, vous le recrache autant de fois qu’il est possible en 24 heures, et dans le texte intégral !

 

21:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : humour, société | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.